La Carambole Mûre

pousse en août 2004 grâce à Hervine De Boodt, comédienne depuis quelques années… Elle vient d’écrire une pièce, Fanfare, Madras… avec la complicité de son frère, Gwenaël, également comédien, metteur en scène et futur directeur de la Station-Théâtre à La Mézière (35).

Toutes les subtilités gustatives de cette étoile exotique à cinq branches s’apprécient avec le temps…

Au fil des années, à la faveur de partis pris inventifs de mises en scène, de scénographies originales, La Carambole Mûre a servi des écritures contemporaines variées sans jamais oublier les attentes d’un public soucieux d’exigence artistique.

Créer, imaginer, porter à la réflexion, faire évoluer les mentalités…

Dans Fanfare, Madras..., au-delà de l’aspect festif et didactique, la présence métaphorique des animaux et des puissances invisibles personnifiées sublime la maladie de Madras. Les pouvoirs à la fois humain et surnaturel rendent sa guérison possible.

L’universalité de l’ombre et de la lumière se mêlent au patrimoine des vieilles histoires et au farfelu débridé de l’enfance dans Trois contes à poils et à écailles.

Avec Pacamambo de Wajdi Mouawad, le thème de la mort est à nouveau exploré à travers l’amour d’une fillette pour sa grand-mère. Une évidence de la vie qui prend les corps mais pas le reste…

Confronter les propos d’une femme reconnue, d’un certain âge, pleine de toutes les expériences de sa vie à cette même femme en situation d’existence fébrile plus de trente ans auparavant : Anaïs Nin, l’ivresse du cœur est une adaptation d’une partie de son journal (1931/1934) et d’interviews donnés à France-Culture (1969) et Radio-Canada (1970).

Soudain surgit Bella’s Swing, marotte à main prenante, digne héritière de la sulfureuse Bella des Insatiables d’Hanok Levin. Incarner les chansons de son acolyte humain, voilà la gageure qu’elle s’est lancée !

Le Shaga de Marguerite Duras sera représenté au Festival d’Avignon Off 17. Hervine De Boodt y avait déjà tenu le rôle-titre entre 2008 et 2010 dans une autre production. Jouer à nouveau cette pièce tordante et féroce dont la folie est la principale héroïne, c’est retrouver le plaisir de donner à entendre, à voir et à tenter de faire comprendre au public une écriture durassienne méconnue. Le Shaga était en résidence à La Mue/Cairon/Karine Saporta du 24 au 29 avril 2017.

En esquisse, Facetook, le premier Facebook vivant et sans écran...

Partenaires

Collaborateurs

 

Catherine Giron - comédienne

Antoine Sastre - comédien

Sylvain Bitor - régisseur 

Alexandre Normand - chargé de diffusion

Catherine Guizard - attachée de presse

Anne Jeanvoine - comédienne

Pierre Pirol - comédien

Delphine Orléach - comédienne

Françoise Huguet - collaboratrice artistique

Thierry Crapoulet - régisseur

Gwenaël De Boodt - auteur, metteur en scène